StavelotNews.eu

StavelotNews.eu

Mauvais


Punir les crimes - c'est du passé

Punir les criminels dans notre pays semble être de plus en plus une chose du passé.

 

Voici un exemple de la situation à Bruxelles, un rapport publié dans L’Echo. : des informations à noter personnellement.

 

Un extrait d'un rapport recent de la Commission européenne pour l'efficacité de la Justice ...

 

"... parmi les membres de l’Union européenne, la Belgique était le pays qui connaissait le plus faible ratio entre les affaires portées devant le tribunal par le procureur et le nombre d’affaires reçues. En 2014, il s’établissait à 4,16%, alors que dans des États comme les Pays-Bas, le Danemark ou la Lituanie, il dépasse les 50%."

 

Vous êtes voleur?

 

Rien à craindre en Belgique. 

95,84% de chance que votre prochain délit ne passera jamais devant le tribunal.

 

Cette estimation de probabilité peut vous aider à surmonter des hésitations que vous avez suscitées pour planifier une intrusion chez votre voisin. (Sauf si vous habitez à Hal-Vilvorde, comme dit l'article. Là, il vaut mieux se méfier un peu).

 

"Nous ne sommes pas à Bruxelles, mais à Stavelot. C'est pas la même chose ..."

 

Plutôt vrai. Mais ne serait-il pas intéressant, et éventuellement utile, de connaître cette valeur pour l'efficacité de la Justice dans notre petite ville? Des affaires reçues, déclarées au Bureau de Police, combien sont portées au tribunal?

 

Une personne, en réaction à l'article dans L'Echo, avait écrit : "Où allons nous?"

 

Il serait peut-être plus exact de répondre: "Où sommes-nous?"

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/11/786857/Perron-Head-v2.jpg

Gardez les yeux ouverts.

 

 

Et où en êtes-vous sur ce sujet?

 

 

 

 


30/10/2018
0 Poster un commentaire

2ème Suivi - la ruelle Rue Haute

 --------------------------------------------------------------------

Suivi : Samedi, 27 Octobre à 15h46

Confirmation obtenue que la ruelle est maintenant vide.

 

Merci aux propriétaires de ces engins d'avoir tenu promesse !

 

Praise the Lord, and Pass The Ammunition!

 

--------------------------------------------------------------------

 


27/10/2018
0 Poster un commentaire

Un Suivi de l' Infraction Avec Effraction

26 Octobre à 10h36 

 

Voici un suivi sur ce sujet apparemment devenu le favori de toute une floppée de personnes ...

Pas encore lu l'article précédent? Le voici.

 

 

Visite au Bureau de Police à Stavelot ce matin :

 

    1. Dans l'entrée, j'ai parlé avec l'agent de police avec qui j'avais communiqué la dernière fois mercredi soir, à ce sujet.
    2. Notre entretien c'est fait "per fenestram," à travers la vitre du guichet à l'entrée. J'ai suggéré s'asseoir ensemble dans le Bureau pour mieux partager des nouveaux renseignements, mais cela n'a pas fait "tilt." Aucun problème.
    3. Elle m'a informé que le dossier en question ne lui appartenait pas, mais à son confrère qui n'était pas là.  J'ai trouvé ce début un peu bizarre, puisqu'elle m'avait dit au téléphone mercredi soir qu'elle serait "au Bureau toute la journée vendredi" et que je pourrais y passer pour faire mes ajoutes à ce dossier. Aucun problème.
    4. Elle m'a alors demandé de lui fournir la marque des deux mobilettes (à présent je le supposais au moment de sa demande, encore dans la ruelle). Ma réponse : "Je ne saurais pas vous le dire, je n'ai pas accès à la ruelle pour voir son contenu de plus près. Mais, Ducati, Harley Davidson, Solex, ou Cyclos Peugeot 103, elles bloquent tout à fait le passage dans la ruelle. Mais, j'irai de suite après notre entretien, voir si avec la porte oouverte, je sais lire une marque, et vous la communiquer.
    5. Je lui ai fourni l'adresse de ce site, et de l’article précédent : Elle pourrait donc obtenir une mise à jour sur cette situation désagréable. Elle a répondu qu'elle irait voir la page Web. Cela semblait être un progrès.
    6. J'ai partagé à travers la vitre, d'autres renseignements importants, y compris ma promesse que tout serait dégagé dans les 24 heures.
    7. J'ai partagé que mon prochain arrêt serait chez B. Daelen, propriétaire de la maison voisine, pour partager ces mêmes renseignements avec lui également. Elle a répondu qu'elle avait eu l'intention de l'appeler et qu'elle le ferait immédiatement. "Si vous voulez," ai-je répondu.
    8. Elle m'a informé qu'elle avait parlé avec le propriétaire d'une des mobilettes.
    9. Ainsi fini notre conversation "per fenestram," et j'ai pris congé, la remerciant de ce suivi, le premier depuis le 30 septembre lorsque je suis passé au Bureau de Police pour mettre à jour mon dossier du 29 septembre.

Prochain arrêt: chez Bruno Daelen

    1. J'ai partagé que l'agent de police venait de me dire qu'elle allait lui téléphoner.
    2. J'ai partagé avec lui mes nouveaux renseignements importants dans le cas présent.
    3. J'ai partagé mes intentions de confirmer que la ruelle serait vide dans 24 heures.
    4. J'ai écouté avec soin, son explication qu'il était passé par sa propriété Rue Haute 6, "... aux moins 4 ou 5 fois, à toutes les heures, mais que la locataire n'avait jamais ouvert la porte, ... pas là peut-être ..., pour pouvoir lui parler, et comme promis pendant notre dernière conversation."
    5. Je l'ai invité d'aller faire un constat ensemble à l'instant. Il préférait essayer de faire ce constat à nouveau lui-même, mais plus tard dans la journée. Et on s'est souhaité une "Bonne Journée" mutuellement.
    6. J'ai repris mon chemin pour faire en solo, ce constat des faits présents dans la ruelle.

Prochain arrêt: Rue Haute, devant la porte de la ruelle.

    1. En ouvrant la porte, pas beaucoup de changement. Deux mobilettes, et bidon d'essence au sol.
    2. J'étais là pour voir, à la demande de ce jour de l'Agent de Police, si c'était possible de trouver la marque de ces mobilettes.
    3. Comme vu ci-dessous, l'impression partagé par B. Daelen "qu'ils ne sortent les motos que le dimanche," n'était pas une hypothèse viable. Sauf, bien sûr, si les motos ont pris l'habitude de se retourner spontanément. Cela doit représenter tout un défi pour une moto, dans cet espace très limité.

 

Position : Début de semaine 

 Ruelle des Voyous - Interdit sauf aux Délinquants.jpg

 

Abracadabra! ..., et Hop!

Position: ce matin, vendredi, 26 octobre

IMG_2757.JPG

 

(Les tours de magie m'impressionnent toujours, et me laissent bloqué pour les comprendre.

 

Un peu comme cette mobilette bloque encore ce passsage).

 

 

Et en sortant en fermant la porte à clef ...

    1. J'ai eu plus de chance que B. Daelen pour contacter sa locataire.
    2. Par une fenêtre au premier étage, elle a commencé à crier dans ma direction, et pour dire rapidement :
      1. Qu'elle avait visionné toutes les informations sur ma page Web (j'ai été flatté d'avoir un nouveau visiteur sur notre site).
      2. Qu'il ne fallait pas "que je touche aux motos!" [ (J'en avais aucune intention, mais simplement pour faire un constat des lieux, y compris le renseignement demandé par la Police. (Mais elle n'écoutait déjà pas du tout dans notre conversation unidirectionnelle). ]
      3. Qu'elle allait me "poursuivre pour diffamation de caractère. "
      4. Avec ce contact obtenu vraiement sans effort apparemment terminé, je lui ai souhaité une bonne journée, et si j'ai bien entendu, elle m'a répondu de la même manière.
      5. Si B. Daelen n'a pas encore réussi à avoir contact avec sa locataire comme expliqué ci-dessus, la prochaine fois il devrait m'accompagner. Je n'ai même pas dû sonner.

Déjà en rue, faire ma dernière course ...

    1. Et celle-ci sur l'Esplanade, pour visiter "Les Vieilles Caves d'Artois." En entrant, j'y ai trouvé de suite une ambiance chaleureuse. Une belle amélioration depuis que Magali et Claudio l'ont repris pour devenir propriétaires. Un bonjour à une connaissance, mais pas de temps pour prendre l'apéro que certains avait déjà bien entammé.
    2. J'ai eu la chance de tombé devant un des propriétaires des mobilettes en question. Il était placé derrière le bar de cet établissement. Je lui ai dit que les motos seraient parties dans 24 heures.
    3. Il semblait comprendre ma demande de suite. Sa réponse était : "Oui, oui. Je vais les enlever cet après-midi après quand j'aurai fini de travailler." J'ai indiqué d'un signe de tête que j'avais compris ce qu'il venait de dire.
    4. En sortant, quelques mots avec un des riverains, sur la Chorale "l'Alliance" à Francorchamps ("... n'existe plus..., à l'abandon..., trop de travail pour le directeur.") J'ai confirmé que cela avait été beaucoup de travail pour moi aussi, mais toujours un travail de plaisir. "Santé."

Dernier arrêt à la Maison de Ville ...

    1. pour partager quelques informations, et mes courses du matin étaient faites!

 

Si mes cours de droit sont bien rappelés, "diffamation de caractère" reste beaucoup plus facile à soutenir quand les faits sont faux,  que quand ils sont vrais, témoignés, attestés, et incontestables.

 

 

"La vérité est comme un lion. Vous n'êtes pas obligé de le défendre. Libéré, il se défendra." (St. Augustin)
et
"Parfois, les gens ne veulent pas entendre la vérité, parce qu'ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent." (Friedrich Nietzsche)

 

 

Je serai assez heureux quand demain viendra et j'aurai enfin accès à la ruelle, pour y faire le nécessaire.

 

 


--------------------------------------------------------------------

Suivi : Samedi, 27 Octobre à 15h46

Confirmation obtenue que la ruelle est maintenant vide.

 

Merci!

 

Praise the Lord, and Pass The Ammunition!

 

--------------------------------------------------------------------

 

 

Commentaires? Toujours un plaisir de vous lire.

 


26/10/2018
0 Poster un commentaire

Infraction Avec Effraction

Quand des jeunes voyous commettent un crime, 

... quelle est la meilleure action à prendre? Que feriez-vous?

 

Informer la police me semble logique. 

Et à quoi peut-on s'y attendre à cette demande d'assistance si on habite à Stavelot?

 

 

Voici un résumé d'un tel crime commis le 28 septembre courant à Stavelot, Rue Haute. 

Il est en format PDF. Cliquez le lien pour le lire. C'est le Constat des Faits, présenté le 29 septembre (avec un suivi le 30), au Bureau de Police.

 

Je vous conseille de prendre les 45 secondes pour le lire, sinon, ce qui suit ne vous dira rien ...

 

 

12 jours après ... et toujours pas d'accès par la ruelle pour livraisons prévues

- En passant en voiture, je vois la personne que je présume est la locataire, et un inconnu qui travaille à la porte de la ruelle.

Elle crie au moment où je passe: "Cela sera bientôt réparé, nous changeons la serrure, et nous vous donnerons une clé et une à Bruno."
J'ai répondu: "Vous avez parlé le 28 septembre, de remplacer cette porte."
Pas de réponse, et j'ai continué ma route.

 

Une semaine après

- Conversation avec B. Daelen: "Je n'ai pas encore accès à la ruelle. Aurais-tu une clef?!"

- Peu après il place une clef dans ma boîte aux lettres.

 

23 octobre

- A 09h10, j'ouvre la porte de l'allée pour trouver:

    1. une moto ou mobilette qui bloque à 100% le passage
    2. une autre au fond de la ruelle
    3. des bidons en plastique remplis d'essence (voir la vidéo ci-dessous)
    4. impossible d'accéder plus loin pour atteindre la conduite pour livrer du mazout (ce tuyau est au milieu de la ruelle)
    5. une clef qui fonctionne pour ouvrir et fermer la porte, mais sans aucun usage utile possible ce jour ...

 

- A 9h18, je passe chez B. Daelen pour partager avec lui mes sujets de désagrément. Il répond :

    1. "Ils ne sont pas la en semaine, ils prennent les motos seulement le dimanche." (Cela ne m'aide pas du tout pour passer dans la ruelle les 6 autres jours, ni pour éviter si possible, l'incendie).
    2. Il n'a pas aimé que j'ai fait référence aux intrus du 28 septembre comme "des criminels" (Sa réponse : "Le copain de la fille de ma locataire est quand même un fils Chauveheid : Pas un criminel." Ma réponse : "Chauveheid au pas, cela ne change pas qu'il a commis un acte criminel, et qui se ressemblent, s'assemblent."
    3. Un manque de compréhension de B. Daelen des espaces visuels semblait en évidence. Donc, si le tuyau pour livrer du mazout se trouve au milieu de la ruelle, et que une moto bloque la ruelle à 100% dès son entrée : pas de passage, ni de livraison possible. Il semblait perplexe (les lésions fronto-pariétal gauche chez les droitiers, contribuent à de telles difficultés  pour visionner les espaces et les mettre en relation. Je ne lui souhaite pas cela, mais plus possible de continuer une discussion utile à ce point me semblait-il, et j'ai continué mon chemin).

 

- A 9h26, je passe au Bureau de Police.

  1. Jusqu'à cette date, rien entendu de la Police en suivi de ma déclaration.
  2. Donc, je passe pour examiner avec l'agent de police, les progrès réalisés, ou non, sur mon dossier ouvert le 29 septembre. J'apprends qu'elle n'est pas là mais fait un service de nuit cette semaine. Je laisse mon numéro et demande d' être appelé même pendant la nuit. "Elle peut vous téléphoner à 22 heures?" : "Oui, sans hésitation; après aussi."

 

- A 22h12, un appel de l'Agent de Police

  1. "J'ai pas beaucoup de temps maintenant pour vous parler, c'est à quel sujet?" (Je lui offre un rappel du sujet de mon dossier).
  2. "Je pensais qu'on vous avait donné une clef et fait les réparatons de votre porte?" (Je confirme. Mais j'explique les problèmes encore présent de motos dans la ruelle, accès impossible, bidon d'essence au sol, à côté d'une maison en collombages.)
  3. Je lui suggère que si sa nuit au travail n'est pas trop lourde, je propose lui montrer ces faits problèmatiques à l'heure qu'elle choisi : 4h, 5h, 6h, 7h, a la fin de sa garderie : Quand elle veut, avec torche en main. Réponse, "Je ne fais pas des heures suplémentaires! Mais si la nuit reste calme je vous sonnerais le matin avant de partir. Sinon, je serai au Bureau vendredi."
  4. Je me suis levé et habillé tôt. Jamais eu un deuxième appel. Je passerai à la Gendarmerie (pardon), Bureau de Police vendredi.

"Infraction Avec Effraction" dit le Juge; "Vous savez ce que c'est?"

Si ces termes juridiques vous sont étrangers,  voici un lien intéressant qui les explique pour le système juridique belge, y compris les pénalités encourues.

Voici un petit extrait de cette page qui rend le sujet très compréhensible :

 

"La peine maximale en cas de condamnation pour introduction avec effraction est l'emprisonnement à perpétuité (à vie), si l'endroit est une maison d'habitation. Pour les autres endroits (un commerce, par exemple), c'est 10 ans. Le juge doit considérer comme une circonstance aggravante la connaissance par l'accusé que la maison était occupée (ou le fait qu'il ne s'en souciait pas), de même que la violence ou la menace de violence."

Et voici l'état des choses presqu'un mois après Infraction Avec Effraction

La vidéo qui suit présente un résumé visuel et auditif de ces événements criminels à Stavelot, et les suspects responsables.

 

Voici la version Stavelotaine dans toute sa gloire ...

 

 

 

 

Quand on les regarde de face dans des photos, leurs visages sont remplis de la prétention, crapulerie et la promesse de la méchanceté qu'ils retrouvent dans leurs héros narcissiques. Le rôle des parents dans ces résultats pas fameux, ce discutera un autre jour ...  Acceptons que c'est le plus souvent des ouragans hormonaux qui les poussent à l'impulsivité, mais que derrière ces façades dures et vulgaires, se ne sont pas des "vrais durs." La vie leur apprendra, et avec un peu de chance, même un peu de respect pour les autres.

 

Comment faire pour mettre le feu (pardon, mauvais choix de mots) en dessous de la personne qui veut bien prendre responsabilité pour agir dans cet ensemble de circonstances malheureuses mais pas obscures ni difficiles à expertiser?  Comment faire pour trouver cette personne?

 

Face à un fait criminel en direct, on est déjà passé plus loin que des discussions, et des délais, et de l'inutile pablum de commentaires déjà entendus, tels que: "Eh bien oui. C'est la jeunesse d'aujourd'hui, c'est triste à dire. Mais que pouvez-vous faire? Et à Stavelot, la situation ne fait que s'aggraver." Je réponds : "Vous y avez pensé au dernier scrutin?"

 

Un acte criminel. Une réponse sans tergiverser. C'est toujours un bon point de départ.

 

Ci-dessous, un exemple :

 

 

 

Oui. Il manquait certainement un niveau de politesse dans cet échange. Mais les criminels comprennent cette façon de communiquer mieux que les doux mots. 

 

Je ne croix pas que les citoyens honnêtes (ils ne le sont pas tous j'ai appris) de Stavelot, souffriraient trop de l'application d'une telle action efficace et sans délais dans certaines circonstances. 

 

Et si ce mot "criminels" appliqué à certains membres de la jeunesse Stavelotaine vous déplait aussi, je vous laisse le choix parmi : voyous, vanupieds, vandales, délinquants, indisciplinés, et/ ou, gamins de merde. Pas tous, bien sûr, pas tous : loins de ça.

 

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

 

 

Et aussi, 

Si pas encore lû, voici le suivi de l’article présent, pour le 26 octobre (le lendemain).

 


25/10/2018
0 Poster un commentaire

Laetare: Bonne excuse pour pisser partout ou pas?

Voici une copie d'une lettre envoyée au Collège échevinal de Stavelot. 

 

Vous êtes encouragés de présenter vos opinions ...

 

 

"Le Collège communal

                                                                     Place Saint Remacle 32

                                                                     4970 STAVELOT

 

Objet : 

Un problème de santé publique : Manque d'urinoirs,

et question d’insuffisance de services sanitaires dans un café de notre ville de Stavelot.

 

Membres du Collège, Madame, Messieurs,

 

Chers membres,

 

Ceci concerne des événements après le Rondeau des Blancs Moussis le dimanche de ce Laetare.

Comme vous le savez, en aval sur la Place Saint Remacle de ma maison, est situé un café/ bar nommé "Lû Vî Manèdj."

 

Plusieurs clients de cet établissement, pour le dire d'une façon que vous allez comprendre, quittent leurs boissons servis à la buvette temporaire érigée à cet endroit, pour venir pisser contre la façade de ma maison. Ces jets d'urine sont dirigés un peu dans tous les sens. Donc : contre la façade même, sur le trottoir, sur les marches d'entrée, et ce qui me concerne encore plus, en prenant place sur le tape-coups qui recouvre les marches pour descendre à la cave, et de là, par le soupirail contre la porte de cette cave. Ces urines passent en dessous de la porte pour rendre ma cave à chauffage très parfumée par le mardi après le Laetare. Mieux calfeutrer le dessous de cette porte contre ces inondations urinaires me semble ne pas être la première action à prendre.

 

L'année passée, au même moment et après, en discussion avec le gérant du café concerné à ce sujet, la réponse de celui-ci et de son épouse étaient, "nous n'avons jamais vu une personne sortir de notre café pour pisser sur votre façade."

 

Ce jour (6 mars, 2016), j'ai encore essayé d'en parler avec le même gérant de ce café, juste après avoir constaté avec plusieurs personnes présentes, qu'un jeune homme (âgé assez pour être servi la bière qu'il tenait en main, je ne saurais pas vous dire, mais j'en doute), ... que lui aussi, avec grand sourire quand je lui ai demandé poliment de faire ses besoins dans les toilettes du café, s'est mis à disperser ses produits urinaires un peu à gauche et à droite.

 

Le propriétaire/ gérant se trouvait à l'avant de sa buvette en ce moment. Je lui ai rappelé notre conversation de l'année passée sur ce sujet de miction illégale. Je lui ai dit: "En voici encore un qui vient de quitter votre buvette, pour pisser sur ma façade."

 

Sa réponse était au sommet (ou au moins sur le podium) des réponses instruites et informées que l'on retrouve à Stavelot, et je cite: "Mais ce n'est pas moi qui pisse sur votre façade." J'ai quitté assez vite la compagnie de cette personne. Sa réponse ma laissé comprendre instantanément, les limites potentielles pour plus de discussion : Même probabilité pour discuter plus loin avec lui d'une solution à ce problème d'hygiène publique, que pour une boule de neige de sortir intacte de l'enfer. Je l'ai simplement laissé à sa buvette, mais avec un langage corporel qui a présenté mon grand mécontentement assez évident.

 

Je suppose que ces faits seraient mieux appréciés à l'époque de François Rabelais. Ses personnages de Gargantua et son fils Pantagruel prenaient grand plaisir à pisser un peu partout, et d'un volume suffisant à emporter les pèlerins. Il est bien évident que du progrès au point de vue d'hygiène à Stavelot, n'a pas encore avancé de beaucoup depuis les habitudes médiévales de Rabelais, et ses personnages imaginaires. Mais ces personnages sembleraient se retrouver réincarnés en chaire, en os, et en vessies urinaires (et non celles des porcs des B.M.) à Stavelot ce jour.

 

Vous comprenez comme moi bien sûr, toutes les maintes raisons qui nous amènent cette belle occasion de mieux faire que ce cas présent, pour la santé et l'hygiène publique à Stavelot.

 

Dans un cas pareil, les Ordonnances de Police Administrative Générale de la Ville de Stavelot, (et que vous pouvez trouvez à ce lien sur ce site),

et qui servent comme guide parfois utile pour diriger le comportement de ses citoyens et citoyennes, peuvent-elles nous servir dans le cas présent? Certainement.

 

Le plus important ce jour est, dans ma copie, l'Article 35.4 :

"Le Bourgmestre pourra, à l'occasion des fêtes ou réjouissances publiques, lever les interdictions prévues ci-dessus, en ordonnant les précautions nécessaires sans préjudice d'autres dispositions légales."

 

Donc, inutile de citer d'autres Articles de nos Ordonnaces Administratives, et pour deux raison: 1.) Vous, les membres du Collège les connaissez déjà sûrement par chœur, et surtout ceux qui dirigent les actions à prendre dans des cas de flagrant délit de mictions intempestives. (Voir l'Article 58.1).

 

2.) Vu, les interdictions levées par le Bourgmestre à ce jour, car "C'èst l'Létâré à Stâv'leû!"

Et donc, vu l'impossibilité d'y arriver pendant ces jours-ci vécu sans Ordonnances ni Ordre, j'invite tous les Membres du Collège de venir pisser sur la façade de la Maison de Ville au prochain Laetare, et pour bien montrer que mon sens d'humour Rablesque n'est pas encore décédé à Stavelot.

 

Néanmoins, et humour de côté, je vous demande par la présente, 2 actions :

 

1. Cela ne nécessite pas une étude statistique pour deviner la possibilité que "Lû Vî Manèdj" n'est pas assez équipé en WC/ toilettes/ urinoirs à l'intérieur de cet établissement pour servir d'une façon humaine, sa clientèle, quand clientèle y en a. D'habitude, puisque à Stavelot, cet établissement n'a pas assez de clientèle pour ouvrir les jours "non-fêtes," un manque de services d'hygiènes va la plupart des jours, peut-être passé inaperçu. Mais quand j'ai compté 18 personnes à la buvette, et l'intérieur au bar rempli au maximum, et bien j'ai pu constater que leurs clients se présentaient pour pisser sur ma façade. Aurait-il un lien entre ces deux constats? Je ne connais pas les chiffres concernant le risque d'incendie et le maximum de personnes permises à l'intérieur du "Lû Vî Manèdj." J'ai devant moi d'autres chiffres intéressants à ce jour du Moniteur Belge, pour le nombre de WC, toilettes, urinoirs, et éviers par nombre de clients mandaté par la loi en Belgique. Ce n'est pas à moi de vous informer de ce que vous avez certainement devant vous aussi, mais facilement obtenu si cela n'est pas le cas.

 

Donc, pourriez-vous me répondre par écrit, si mon voisin et son établissement sont dans les normes ou pas à ce sujet sanitaire? Ceci pour faciliter toute discussion dans l'avenir avec celui-ci, le cas échéant, que je doute à présent. Si vous trouvez que ces détails ne me regardent pas du tout, pourriez-vous simplement confirmer que ce constat sur place, demandé par la présente, à bien eu lieu. Merci d'avance.

 

2. Puisque de telles démarches de contrôle peuvent parfois prendre un bon bout de temps dans notre commune, les imprévus comme la météo de ce jour, annoncée pendant aux moins dix jours, sont juste cela : imprévus. Mais le Laetare sera encore de retour, dans déjà 364 jours (à peu près). Alors, serait-ils possible de placer un urinoir à 4 places devant ce café, et un deuxième an aval de ce café? En estimant les volumes d'urines, par celles qui dégoulinent dans ma cave, j'estime que deux urinoirs suffiraient à remédier cette défaillance de santé publique. Placer un seul pissoir à l'endroit, et je crains que celui-ci serait vite dépassé. (Surtout pendant un Laetare avec des entrées plus raisonnables qu'à ce jour, et même absent le fils de Grandgousier). Et ceci sur la Place dédiée à Saint Remacle mais rendu certainement plus sacré ce jour par le Rondeau, pour soutenir l’hygiène publique à cet endroit. Merci d'avance.

 

Le numéro 2 de la présente n'est qu'une suggestion d'un citoyen Stavelotain. Je ne doute pas un instant, que dans votre expertise politique et de gestion, y compris de la santé publique, vous allez trouver plusieurs meilleures solutions que les miennes à ce petit problème absolument dégoûtant, mais où une solution existe certainement.

 

Cicérone : "Unum restat sordibus sordida omnia." (La saleté de l'individu, devient la saleté pour tous).

 

 

Avec mes vœux les plus respectueux,

 

 

 

___________________________________

     à Stavelot le 6 février 2016 

 

 


07/03/2016
2 Poster un commentaire